Rue du Bellot
59660 HAVERSKERQUE.

Mairie ouverte le lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi
De 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30

Téléphone : 03 28 40 61 12
Télécopie : 09 70 61 43 71

Accueil > Culture - Tourisme > Histoire > Les seigneurs d’Haverskerque

Les seigneurs d’Haverskerque

La Famille des Haveskercke

« La terre d’Haveskercke fut d’abord dans la famille qui en porta le nom : van ou de Haveskerka et y resta jusqu’au XIVe siècle » (Essai de statistiques féodales de la Flandre Maritime).

Les seigneurs de Haveskercke appartenaient à cette noblesse franque qui forma une classe avec l’apparition des fiefs héréditaires et qui n’eût de nom patronymique que celui de la terre possédée féodalement par chacun de ses membres. C’était de fait, par inféodation que la famille d’Haveskercke avait acquis la seigneurie de ce nom. Elle tenait le 3e rang dans la noblesse flamande de l’époque après les familles princières ou comtales et les familles châtelaines ou vicomtales dont les chefs prenaient le nom de barons parce que leurs terres ou tenures relevaient directement du comte, souverain du pays.

Les origines et l’histoire généalogique de cette famille sont très controversées. Il est toutefois intéressant de mentionner les filiations les plus communément citées et les traces laissées dans l’histoire par cette famille illustre.

Le patronyme émerge des brumes médiévales :

  • En 902, sous le comte de Flandre, Baudouin le Chauve, il est fait mention d’un « illustre d’Haveskercke, chargé de la garde des portes de Sainct et Omer... »

Puis dans la filiation décriée par certains, du généalogiste Jean de Launay (1664) :

  • En 944, son fils Guillaume, vicomte de Sainct Omer et époux de Sibille d’Abbeville, se trouvait aux côtés du comte Arnoult de Flandre, lors de la mort du duc de Normandie Guillaume dit Longue Espée... Ils gisent tous deux en l’abbaye de Saint Bertin à Saint Omer. De leur union naquirent trois fils : Guillaume châtelain de saint Omer, Robert châtelain de Béthune et Flobert sire de Haveskercke.
  • En 1013, mourut Flobert qui fut inhumé en l’abbaye de Saint Bertin. Sa femme Ermengarde de Ostrevent l’y avait précédé en 1009. Dés sa jeunesse, il avait assisté le comte Arnould dit le Vieux, mort en 967, à chasser les Huns, Vandales et Normands de Flandre.
  • En 1072, leur fils Théodoric fut tué en bataillant contre le comte de Flandre Robert le Frison.

Jean Carpentier, « historiographe intègre » ou « un des plus grands faussaires généalogiques du XVIIe », fait intervenir Radulfus de Haviskerka ou Rodolphe dans une charte de l’abbaye de Marchiennes de 1047

  • En 1096, Jean d’Haveskerke est en terre sainte aux côtés de Godefroy de Bouillon
  • En 1118, mourut Guillaume inhumé avec sa femme Ghisèle, en l’église d’Haveskerke. Le comte de Flandre, futur Saint Charles le Bon, l’avait envoyé comme ambassadeur, auprès du Roi de France Louis le Gros.
  • En 1127, leur fils Jean, seigneur d’Haveskercke, poursuit les meurtriers de Charles le Bon, comte de Flandre, assassiné dans l’église Saint Donas de Bruges. Pour ses hauts faits d’armes et services rendus, il fut nommé gouverneur d’Ypres après la reddition de cette place en 1128. On évoque également par ailleurs, un Symon de Haveskerca découvert parmi les témoins d’une petite charte vers 1120 comme plus ancien porteur du nom mais il n’est pas pour autant le premier ancêtre prouvé
  • En 1150, Baudolt de Haveskerke qui avait accompagné le comte Thierry d’Alsace en terre sainte, en ramena avec son suzerain, l’ampoule du saint sang vénèrée à Bruges. Il mourut en 1160 après avoir fondé de ses deniers la chapelle Notre Dame à Haverskerke en 1158.

Son fils Raoul, en retour de croisade, passa par Rome où le pape Célestin III lui remit une parcelle de la Sainte Croix, le bras de Saint Isidore, des ossements de Saint Etienne. Il partagea ces reliques entre l’église d’Estaires et celle d’Haverskerke.

  • En 1213, Gisbert, le fils de Raoul mourut au combat en luttant contre les Anglais, quant à son frère il fut fait prisonnier un an plus tard à la très célèbre bataille de Bouvines
  • En 1205, Lambert évêque de Thérouanne, notifie que Gilbert d’Haveskerke a bâti dans cette paroisse une chapelle avec l’assentiment de l’abbé de Saint Bertin : c’est la chapelle Sainte Agathe construite au lieu-dit le donjon non loin du cimetière anglais. Aucun vestige ne subsiste
  • En 1302, Gilles d’Haveskercke « chevalier fort zélé pour le service de son prince, ennemi des mutins qui se soulevèrent en Flandre, leur résiste vigoureusement, ayant en charge le château de Cassel »

Dans son bulletin « Le Parchemin » de septembre 2000 édité par l’Association Royale, consacré à la famille Haveskercke, l’Office Généalogique et Héraldique de Belgique de Bruxelles publie le résultat de ses travaux pour « séparer l’ivraie du bon grain » : une filiation suivie sur XXVI degrés de 1137 à nos jours.

Degré ILe 1er ancêtre connu et reconnu de la famille des Haveskercke est Balduinus (1137-1159/68), forestier de Thierry d’Alsace, comte de Flandre. Balduinus ne porte pas encore de patronyme.

« Par une charte datée de 1137, Thierry d’Alsace, comte de Flandre, affranchit les terres de l’abbaye de Watten. Parmi les témoins, Baudouin le Forestier, père de Gilbert de Haveskercke, personnage qui apparaît dans cette Flandre dite française, à proximité de Haveskercke-sur-la Lys dont il porte le nom. »

Degré IISon fils Gilbertus de Haverskercke apparaît donc succédant à son père forestier (1159/68-1220). On peut penser qu’il avait, en sa qualité de forestier, la charge de la forêt Domaniale de Nieppe.

Quatre degrés de descendance apparaissent ensuite en tant que seigneurs d’Haveskercke-sur-la-Lys :

Degré IIIBaudouin III de Haveskercke
1206 - 1248
Chevalier 1222, bailli de Bailleul
Giselbert II de Haveskercke
1206 - 1233
Chevalier
Degré IVGilles I dit Gillon de Haveskercke
1236 - 1248
Chevalier 1247/48
Guillaume I de Haveskercke
1261 - 1282
Trésorier et prévôt
Degré VJehan de Haveskercke
1259 - 1303
Chevalier
Sgr aussi d’Estaires
Gilles II de Haveskercke
1274 - 1292
Chevalier
Sgr Watten et Lederzeele
Degré VIAlix de Haveskercke
Dame héritière de Haveskercke
Epouse Robert de Beauval, seigneur de Beauval en Vermandois
Dont postérité sur Haverskercke vers 1370

Comme on le voit, les Haveskercke constituent l’une des plus anciennes maisons chevaleresques du comté de Flandre : jusqu’à la fin du Moyen Age, ils sont presque tous adoubés, le titre de chevalier est généralement purement honorifique. De plus, le titre de baron est attaché à leur nom, parfois celui de vicomte. Ils seront les premiers seigneurs d’Haverskercke jusqu’en 1370.
Mais dés avant le XIIIe siècle, les Haveskercke sont trop à l’étroit dans le village et se répandent au dehors : ils s’établirent dans de nombreuses autres paroisses comme Watten-sur-l’Aa, Merris, Saint Floris, Wervicq, Lederzeele (encore aujourd’hui on trouve sur le territoire de Lederzeele un bois du nom de Haveskercke dans lequel on trouve une motte entourée de fossés sur laquelle avait été construit le château des Haveskercke au XIIIe siècle) et aussi dans le Cambrésis, avant de quitter la Flandre française pour la Flandre flamande : Oostevleteren, Zedelghem, Wulverdingue, Buscheure, Peene, Volkernickove, Winghene...

De nos jours, la famille des Haveskercke est une des 40 familles belges les plus anciennes subsistantes. Monsieur Hubert Bouquet, alors maire d’Haverskerque, a eu l’occasion de rencontrer en 2004, deux descendants de cette lignée : Georges de Haveskercke et Emmanuel Jaquet de Haveskercke.

Les maisons seigneuriales de 1370 à la Révolution

La terre d’Haveskercke appartient à la branche aînée de la famille d’Haveskercke qui posséde aussi Estaires ... Lorsque cette branche s’éteint, faute d’héritiers directs, la seigneurie passe aux mains des familles illustres avec lesquelles les Haveskercke font alliance. La branche cadette des Haveskercke subsiste toutefois encore longtemps dans la région.

  • Vers 1370, la seigneurie de Haverskercke passe par alliance aux sires de Beauval (Picardie), lors les épousailles d’Alix de Haverskercke, seule héritière des terres d’Haveskercke, puis... aux Longueval.
  • Vers 1371, Yolande de Flandre, comtesse de Bar et Dame de Cassel, mène un train de vie important dans son château de La Motte au Bois, tombe à court d’argent, fait frapper de la fausse monnaie royale, est mise en prison et cède, en 1387, la seigneurie d’Haveskercke à Henri d’Antoing, l’époux d’Anne d’Haveskercke, contre une rente de la forêt de Nieppe.
  • Lors du décès d’Henry d’Antoing, la seigneurie d’Haveskercke passe à Marie, l’aînée de ses filles, mariée à Engelbert d’Enghien. Ces derniers n’ayant pas eu d’enfants, la seigneurie appartient alors à Josse de Stavèle, fils de Marguerite d’Antoing. De 1482 à 1603, la seigneurie resta dans la famille des Stavèle. Dans la famille des Stavele, il faut citer Philippe, baron d’Haveskercke en1557, dont le souvenir s’est perpétué par la gravure de son nom Philippe de Stavele sur la cloche de l’église surnommée « philipette ».
  • En 1603, à la mort de Floris de Stavèle, la baronnie revient au fils de Marguerite de Stavèle, Nicolas de Montmorency. Son descendant Anne-Louis-Alexandre de Montmorency fut élu par acclamation en 1789, député de la noblesse à Bailleul. Il fut d’abord partisan des réformes révolutionnaires, mais dés 1790, prit congé et émigra un an plus tard, en Allemagne. Il fut le dernier baron d’Haverskerque.