Rue du Bellot
59660 HAVERSKERQUE.

Mairie ouverte le lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi
De 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30

Téléphone : 03 28 40 61 12
Télécopie : 09 70 61 43 71

Accueil > Culture - Tourisme > Histoire

Histoire

  • Premier millénaire : Forêts et marais profonds

    Bien avant la naissance d’Haverskerque, c’est la grande forêt de Nieppe (du flamand n’iep = orme) appelée Le Wastelaut et connue dans notre région sous le nom de La Charbonnière, qui occupe le territoire de la Lys jusqu’à Aire-sur-la-Lys et Thérouanne.
    Des marais profonds et inaccessibles empêchent longtemps les envahisseurs de pénétrer dans le pays.
    C’est au IVe siècle que le défrichement du pays est amorcé. Du Ve au VIe siècle, les évêques évangélisent et fondent les premières églises et abbayes (...)

  • Au Moyen Age (XI au XVe siècle)

    Haveskercke n’apparaît qu’au XIe siècle...
    Alors que Saint-Venant autrefois appelée Papinghem (maison royale de Pépin) est déjà connue dés l’époque romaine, que Merville fut fondée dés le VIIe siècle par des moines bénédictins, Haveskercke n’apparaît qu’au XIe siècle avec son église dont la tour date au moins du XIe siècle et avec ses seigneurs cités en 1119 dans le Cartulaire de l’Abbaye de Saint-Bertin, à Saint-Omer, à laquelle la paroisse d’Haverskerque est alors rattachée.
    Les seigneurs d’Haveskercke, (...)

  • L’appellation Haverskerque

    La terre d’Haveskercke-sur-la-Lys, ancienne bannière de Flandre, est apparue au XIe siècle avec ses 1ers seigneurs porteurs du nom : les Haveskercke.

  • Du XVI au XIXe Siècle

    Haveskerque, cité française...
    Changement de nationalité : un bien grand mot en ce temps-là ! Après avoir été flamande, bourguignonne (1384-1526) et après un siècle et demi d’occupation espagnole (1526-1679) qui n’eût guère d’action profonde sur le pays, la cité d’Haveskerque comme celles de toute la Flandre occidentale, est rattachée définitivement à la France de Louis XIV par le traité de Nimègue du 17 septembre 1678. A partir de cette date, c’est la langue française qui est enseignée sur le territoire et (...)

  • Le blason d’Haverskerque

    Le blason d’Haverskerque est un écu d’or à la fasce de gueules.

  • Haverskerque au XIXe siècle

    En 1806, Haverskerque qui s’étend sur 924 hectares, compte 260 maisons et 1366 habitants, en 1827, 1643 puis 1864 dont 280 indigents et 70 mendiants.
    La commune qui n’a jamais dépassé les deux mille habitants , est essentiellement rurale : les terres labourables représentent 70% de la superficie totale de la commune. On cultive à Haverskerque, le froment, le seigle, l’orge d’hiver, l’avoine, le trèfle, le lin, le blé millet, la pomme de terre mais essentiellement le blé, le tabac et les fèves. La (...)

  • Les seigneurs d’Haverskerque

    La Famille des Haveskercke
    « La terre d’Haveskercke fut d’abord dans la famille qui en porta le nom : van ou de Haveskerka et y resta jusqu’au XIVe siècle » (Essai de statistiques féodales de la Flandre Maritime).
    Les seigneurs de Haveskercke appartenaient à cette noblesse franque qui forma une classe avec l’apparition des fiefs héréditaires et qui n’eût de nom patronymique que celui de la terre possédée féodalement par chacun de ses membres. C’était de fait, par inféodation que la famille d’Haveskercke (...)

  • La première guerre mondiale

    En août 1914, la guerre éclate : le village compte au recensement de 1911, 1433 habitants, 1241 ... en 1921, 1129 en 1926.
    Notre village le 4 juin 1914
    Dés l’automne de 1914, le front se stabilise non loin de nos villages de la Vallée de la Lys et la guerre des tranchées va s’éterniser pendant 4 années jusqu’au printemps 1916.
    Avant poste des Argyll and Sutherland Highlanders le long du canal de la Lys
    La Vallée de la Lys se situant à environ une quinzaine de kilomètres en arrière du front, sert (...)

  • La seconde guerre mondiale

    En septembre 1939, éclate le 2e conflit mondial. Dés cette date, la forêt de Nieppe est exploitée pour fournir tout d’abord, des piquets anti-chars. Le 17 mai 1940, des convois de réfugiés belges passent sur la route de Saint Pol avec leurs fameuses couvertures rouges, puis bientôt les français de la frontière belge. Le 27 mai, arrivent les premiers allemands par Robecq avec pour mission de détruire le pont-levis de Saint Venant que plusieurs bataillons anglais tentent de défendre.
    Les troupes de la (...)